En me promenant sur les chemins bretons fin février, j’ai vu de très jolis camélias en fleur. Il y en a de toutes les couleurs, du rose presque blanc au rouge vif. Il en est même de bicolores. Voici celui qui m’a tapé dans l’oeil, voyez comme il est beau :

Camélia en fleur, Trébeurden

Comme je suis d’humeur à tout bouturer, j’ai consulté La Maison du camélia pour ce faire. Il faut savoir qu’il en va des camélias comme des pommiers : le camélia bouturé ne donnera pas les mêmes fleurs que l’original (comme le pépin ne donnera pas un pommier identique à celui dont il est issu). C’est bien dommage mais je tente quand même.

Et je commence mal puisque la période de bouturage du camélia va de juin à la fin de l’été. C’est souvent comme ça, il faut faire des boutures après la floraison. Oui mais c’est quand je les vois en fleur que j’ai envie de les bouturer ! Tant pis, je tente quand même.

Il faut bouturer le jour même de la coupe. Il faut couper (avec un sécateur désinfecté dans le meilleur des cas) en-dessous d’un noeud (la base d’une feuille) de courtes branches avec deux ou trois feuilles. Dans un pot percé rempli d’un mélange de terre et de sable, je place mes petites tiges avec deux feuilles (il faut supprimer les feuilles de la partie inférieure de la tige). Le site préconise de la terre de bruyère, je n’en ai pas, tant pis, je tente quand même. Je n’ai pas d’hormone de bouturage non plus…

Il faut régulièrement arroser pour que la terre reste humide, mais sans noyer. Il faut une température en 20 e 25° (ce que je n’ai pas chez moi bien sûr, mais vous l’avez compris, je tente quand même). On peut améliorer ses chances de réussite en bouturant à l’étouffée. Il faut donc enfermer les pots dans une serre bien fermée, ou les couvrir d’un sac plastique. On peut aussi faire la bouture dans une bouteille en plastique. J’ai choisi de les enfermer dans des boîtes.

Deux boutures de camélias, 21 février 2021

J’en ai fait quatre comme ça. Et la maman de Jacques a mis une petite branche directement dans l’eau avec une goutte d’engrais. Avec tout ce que je n’ai pas fait comme il se doit, si l’une d’entre elles prend, c’est que j’ai la main verte !

Deux semaines et demie plus tard :

La boîte de la photo ci-dessus n’est pas totalement hermétique : les boutures n’ont pas changé. Mais l’autre est mieux fermée par son couvercle et l’eau à tendance à s’accrocher au couvercle et aux parois. On voit ci-dessous que sur les boutures placées dans cette boîte, de nouvelles feuilles sont en formation. J’espère qu’il y a aussi des racines, ce que je ne peux pas voir puisque les boutures sont dans la terre. Je viens de couper une bonne partie des feuilles pour favoriser les racines.

Bouture de camélia deux semaines et demie plus tard

Renseignements pris, celle de la maman de Jacques ne fait pas encore de racines.

Edit du 23/07/21 (quatre mois et demi après le bouturage) :

Difficile de gérer la sortie de l’étouffée : quand et combien de temps enlever le couvercle ? Bizarrement, ce sont les deux boutures qui n’étaient pas hermétiquement enfermées qui ont résisté. Les deux autres ont continué à me donner de beaux petits bourgeons tant qu’elles étaient dans la boîte mais sont morts quand je l’ai progressivement ouvertes.

Aujourd’hui, les deux boutures qui me restent donnent enfin des bourgeons. J’en suis tellement contente que je les ai emmenés avec moi en vacances : pas question de les laisser plusieurs jours sans soin !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :