Comme je le disais il y a quelques jours, ça y est, j’ai trouvé ma future maison autonome. Le notaire est dans les tuyaux pour la signature des compromis. J’achète donc une maison qui appartient actuellement à deux propriétaires différents (soit qu’une première construction ait été grandie, soit qu’elle ait été coupée).

J’achète pour 18 500 € :

  • une maison en presque ruine d’environ 120 m² (qui est pour l’instant coupée en deux) ;
  • 60 m² environ de dépendances ;
  • près de 5 000 m² de terrain au trois quarts boisé.

Il y a devant la maison environ 1 000 m² d’actuelles brousailles qui formeront un jardin, orienté sud. Il y a aussi un puits et de la campagne partout autour (un peu trop pour Jacques…). Tous les critères incontournables sont donc bien présents puisque de porte à porte, il y a 40 minutes entre cette maison et celle où nous vivons aujourd’hui.

Le survol en dron permet de bien voir le trou dans la toiture…

Le prix est plus que raisonnable mais la maison n’a presque plus de toit. Celui de la partie Jérémie s’est effondré depuis plusieurs années et la charpente est à refaire. C’est plus récent pour l’autre partie, mais il faut intervenir vite.

Les murs prennent l’eau. Il y a donc du très gros oeuvre et des travaux que Jacques et moi ne pourrons pas faire seuls. En tout cas, il faut que je demande des aides financières et pour les obtenir, les travaux doivent être effectués par un professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). Je suis donc plongée dans la documentation (vive Ma Prime Rénov’, je suis jaune !) et un peu submergée. Par quel bout commencer ? Il me semble prudent, vu l’état de délabrement de la maison, de faire venir un architecte. L’idée en achetant ces deux bouts de maison étant de les réunir, c’est-à-dire de casser le mur qui les sépare. Mais est-ce prudent ? Comment faire ? Nous ne porterons certainement pas un IPN sur nos frêles épaules (on pèse moins de 140 kilos à nous deux…).

Il va me falloir faire la liste de ce que je veux absolument et de ce que je ne veux absolument pas. Bien sûr, je veux une maison la plus écologique possible, passive si possible financièrement. Voilà ce qui me parle aujourd’hui, 28 janvier 2021.

Ce que je veuxCe que je ne veux pas
un toit isolé (sarking ?)un compteur linky
des murs isolésdes portes et fenêtres en PVC
un poêle bouilleurdu chauffage électrique, gaz…etc…
des toilettes sèchesde l’électronique partout
récupérer l’eau de pluie
phytoépuration
un potager fabuleux !

Je veux que ce lieu me permettre de continuer mon chemin qui a commencé par le végétarisme, puis le zéro déchet puis le consommer local et « je cuisine quasi tout ce que je mange », puis le no more supermarché, puis l’achat d’occasion, se déplacer à vélo (pour aller travailler), faire le potager. Déconsommer, amorcer la décroissance, ne plus piller la Terre et ses ressources, ne plus gâcher, être sobre et en tirer satisfaction. Je vois L’Eutopia se dessiner, un projet de vie global dans lequel j’emmène mon amour et tous mes espoirs d’une vie commune épanouie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :