Quel plaisir de tomber dans la boutique Place des Chineurs à Lannion sur une véritable et authentiquement vieille yaourtière Yalacta ! Elle date du début des années 50, preuve à l’appui et rien ne manque, même pas la pipette à ferment ! Prix : 20 euros. Elle contient 3 documents papier : un sur le ferment, un mode d’emploi de l’appareil et un bulletin d’abonnement au ferment.

La marque Yalacta existe depuis 1923. Le fondateur de l’entreprise, Monsieur Savarian (francisé en Savary) est originaire d’Arménie. Il s’installe à Paris et crée une première unité de fermentation où il utilise les souches de ferments lactiques provenant de son Caucase natal. Dès cette époque, Yalacta propose au consommateur des cultures de ferments lactiques destinées à la fabrication des produits lacto-fermentés frais (yaourts, fromage blanc, kéfirs de lait, kéfirs de fruits….), préparés à la maison.

Dans les années d’après-guerre, les questions d’hygiène deviennent une priorité dans la vie quotidienne des Français. Pierre Mendès-France (1907-1982), président du Conseil, inquiet des effets de la malnutrition et de la consommation d’alcool précoce, rend obligatoire, en 1954, la distribution d’un verre de lait aux élèves des écoles. La consommation des produits laitiers est, en effet, fortement encouragée car elle permet de pallier les carences alimentaires de l’après-guerre.

Texte sous la publicité :

Telle est l’assurance que peut donner le grand-père bulgare à son petit-fils, car il sait que depuis des générations le yaourt assure la longévité de ses ancêtres.
En France, la consommation du yaourt augmente journellement depuis que YALACTA a mis à la disposition de ses clients une série d’appareils qui permettent la fabrication à domicile d’un yaourt sain, économique et agréable, préparé avec des ferments bulgares d’origine.

Grâce à YALACTA le Français lui aussi deviendra cetenaire.

Le contexte est d’autant plus favorable au yaourt que le bactériologiste Elie Metchnikoff prix Nobel de physiologie et de médecine en 1908 a dévoilé les bienfaits des bactéries produisant l’acide lactique. Le yaourt, c’est la santé ! Yalacta se charge de le faire savoir à travers sa publicité qui conjugue les aspects économique et hygiéniste. Nous sommes dans les années 50, l’aube des Trente Glorieuses, et la publicité permet à la société de consommation de se développer rapidement.

La marque fabriquait donc aussi des yaourtières. La mienne est en aluminium, mais entre 1948 et 1960, on en trouvait en bakélite, en plastique donc et électrique, équipée d’une prise en forme de Y, symbole de la marque.

On pouvait s’abonner pour recevoir des ferments. Le bulletin d’abonnement que je possède désormais date de novembre 1953 ! J’imagine que cette magnifique yaourtière a dû dormir dans un vieux meuble de cuisine ou un grenier pendant des dizaines d’années avant d’en sortir pour être éventuellement vendue rue des Chineurs… et de croiser ma route ! Elle est dans un état impeccable.

La yaourtière est en aluminium. Elle contient cinq pots de yaourt hexagonaux en verre, celui du centre étant alors conçu pour garder le ferment. Moi j’y mettrai aussi du yaourt car seulement cinq pots à la fois, c’est bien peu ! Dans certains modèles, les pots sont en porcelaine.

Sources des informations historiques : L’objet du mois #32,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :